Trains d'Europe Allemagne Autriche Belgique Danemark Espagne France Grèce Hongrie Italie Luxembourg Norvège Pays Bas Pologne Roumanie Royaume Uni Russie Suisse

X TER 72500 SNCFFrance - Automoteurs

La série en chiffres :
Alimentation :
quatre moteurs Diesel MAN 300 kW et deux groupes électrogènes de 135 kW

Configuration :
2 caisses : motrice impaire + motrice paire
3 caisses : motrice impaire + remorque + motrice paire

Puissance :
1200 kW

Poids :
motrices : 58 tonnes, remorques : 45 tonnes
Rames à deux caisses : 116 t.
Rames à trois caisses : 161 t.

Longueur :
motrices : 26,50 m
remorques : 25,6 m
Rames à deux caisses : 53 m.
Rames à trois caisses : 78.6 m.

Chaîne de traction :
transmission hydraulique

Vitesse maximale :
160 km/h (120 si capot absent)

Equipements spéciaux :
climatisation, espace vélos, UM jusqu'à trois rames

Places de première classe :
22

Places de seconde classe :
128 si deux caisses
206 si trois caisses

Date de construction :
1997 à 2002 (Alsthom)

Date de retrait :
 

Nombre d'exemplaires :
117 rames

Numéros :
motrices X 72501 à 7273
remorques XR 721501 à 721544 ?

Devant révolutionner les trains régionaux, les "automoteurs" X 72500 (ce terme est préféré à celui d'autorail, à l'image désuète) ont été le premier matériel commandé par les régions pour leurs TER (la région Centre a participé à leur conception dès 1991).

D'une esthétique très réussie et d'une conception tranchant avec les engins antérieurs, ces engins à deux caisses sont conçus pour assurer des liaisons rapides sur des lignes non électrifiées, notamment en correspondance avec les TGV.

Les deux caisses sont motrices, chacune étant équipée de deux moteurs Diesel de 300 kW (chacun entrainant un seul essieu grâce à une transmission hydraulique) et d'un groupe électrogène (GROG) de 135 kW alimentant notamment le système de climatisation. Une variante à trois caisses est aussi prévue, avec l'adjonction d'une remorque intermédiaire non motorisée mais elle aussi équipée d'un groupe électrogène. Chaque caisse n'a qu'une seule porte par face.

Une première commande est passée en 1994, portant sur 90 éléments bicaisses pour les TER de différentes régions, et de 15 engins tricaisses destinés à la liaison Paris - Granville en cours de modernisation avec vitesse portée à 160 km/h, rectification de courbes mais mise partielle à voie unique.

Les premier engins arrivent sur le réseau français courant 1997 ; ils feront couler l'encre tant en bien (climatisation, design, aménagements et niveau des prestations bien supérieur aux autorails existants, turbotrains à part) qu'en mal, vu leur fiabilité déplorable et le bruit omniprésent des moteurs. Plusieurs campagnes de remise à niveau sont effectuées par Alsthom, mais il faudra plusieurs années pour obtenir un fonctionnement correct. Il est vrai que ces engins sont utilisés sur des liaisons à arrêts fréquents pour lesquelles ils l'ont pas été conçus, et que la livraison des premiers exemplaires a dû être avancée en prévision des élections régionales de 1998...

Au final, 117 rames sont livrées, jusqu'en 2002 ; à noter que les quinze engins appartenant à la région Rhône Alpes ont reçu en 2002 une remorque intermédiaire identique à celle équipant d'origine les engins dédiés à la relation Paris - Granville, ce qui permet d'accroître leur capacité, au détriment des accélérations. Les X 72500 sont visibles sur la quasi totalité du réseau ferré français, la plupart des régions en possédant.

Une rame a servi de prototype pendulaire, équipée d'un système d'inclinaison des caisses, mais a rapidement été remise au type (l'équipement des six engins de la région Languedoc Roussillon fut un moment envisagé afin d'accélérer les relations sur la Ligne des Cévennes).

Avec l'arrivée de nouvelles séries comme les AGC, conçus pour des relations à arrêts plus fréquents, on observe une concentration du parc des X 72500, ce qui permet d'uniformiser le parc de certaines régions, d'optimiser son utilisation et d'avoir une meilleure fiabilité. Des relations à long parcours sont de plus en plus fréquentes pour le compte des autres activités "voyageurs" , en remplacement de rames Corail tractées par des locomotives Diesel (comme les Lyon - Bordeaux, Lyon - Tours...).

Certains engins ont perdu leurs carénages avants (suite à un choc ou à une panne du mécanisme) et roulent ainsi "attelage visible", ce qui limite leur vitesse maximale à 120 km/h (cas fréquent sur les engins PACA, utilisés sur la ligne des Alpes, où cette restriction ne pose pas de problème).

L'arrivée des Régiolis devrait accentuer le déclin des X 72500, qui perdront les relations les plus importantes comme Paris - Granville et deviendront déjà les plus âgés du parc autorails.

Aménagements et livrées

Tous les X 72500 conservent la livrée grise et bleue TER qu'ils ont introduite ; toutes les régions ont personnalisé leur matériel, avec des logos plus ou moins imposants. Au niveau des aménagements, trois variantes existent :

Vu le vieillissement de leurs aménagements intérieurs ayant passé le cap des quinze années de service, il est probable qu'ils bénéficieront d'une rénovation au cours des prochaines années. A noter que sur les premiers dessins de ces engins, la livrée était légèrement différente (zone bleue au niveau des portes, bleu plus clair), proche de celle des premières voitures Corail rénovées pour les TER Rhône Alpes et Interloire.

Répartition initiale / actuelle :

Région X 72500 2 caisses X 72500 3 caisses Remarques Aménagements
Aquitaine 12 / 17   Achat des Poitou-Charentes fin 2008 Grandes agglomérations
Auvergne 3 / 0   Vendus à Midi Pyrénées Grandes agglomérations
Basse Normandie   15 / 19 Relations Intercités 15 rames intercités avec 1ere classe dans remorque
4 rames intercités avec 1ere classe dans motrice
Bourgogne   4 / 0 Vendus à la région Centre fin 2008  
Centre 12 / 12 0 / 4 Achat des Bourgogne fin 2008 2 caisses : grandes agglomérations
3 caisses : intercités
Champagne Ardennes   4 / 0 Vendus à la Basse Normandie fin 2007  
Languedoc Roussillon 5 / 0   Vendus à PACA  
Limousin 6 / 6     Grandes agglomérations
Midi Pyrénées 8 / 11   Achat des Auvergne 8 d'origine : intercités
3 ex Auvergne : grandes agglomérations
PACA 12 / 17   Achat des Languedoc Roussillon Intercités
Pays de Loire 10 / 10     Intercités
Picardie   6    
Poitou-Charentes 5 / 0   Vendus à l'Aquitaine fin 2008  
Rhône Alpes 15 / 0 0 / 15 Mis à trois caisses en 2002  
Total 88 puis 73 rames 29 puis 44 rames    

Galerie photo des X 72500