Trains d'Europe Allemagne Autriche Belgique Danemark Espagne France Grèce Hongrie Italie Luxembourg Norvège Pays Bas Pologne Roumanie Royaume Uni Russie Suisse

Voitures DEV inox longues SNCFFrance - Voitures

La série en chiffres :
Années de construction :
1957 à 1973

Nombre d'exemplaires :
264

Longueur :
25,094 m.

Vitesse limite :
160 km/h

Radiation :
1992 à 1997, sauf bar (2003

Equipements particuliers :
Caisse en acier inoxydable

Service assuré :
Grandes lignes puis régional

Tout comme pour les voitures DEV AO, ces dernières voitures DEV inox construites ont une longueur de 25,094 m. Elles sont destinées aux trains les plus prestigieux de la SNCF et ont été parmi les première voitures à pouvoir rouler à 160 km/h.

Types d'origine

L’immatriculation UIC a été progressivement mise en place sur le matériel de la SNCF entre 1965 et 1968 : c’est à ce moment que les voitures DEV déjà livrées changent de numérotation. En revanche, le logo sur les flancs n'a été installé qu'à partir de 1971 ; la signalétique type Corail avec le bandeau vert au dessus des baies en seconde classe apparut dans la seconde moitié des années 70.

A9myfi puis A9j : 79 unités (19 DEV 56, 20 DEV 57 et 40 DEV 58) N°51 87 19-87 005 à 083

Ces voitures de première classe à neuf compartiments (soit 54 places en tout) font partie pour 19 voitures de la tranche DEV 56, vingt du programme 1957 et quarante voitures en 1958. Ce matériel entame sa carrière à partir de mai 1959 (pour les DEV 56) sur les régions Nord, puis Est et Sud-ouest. Après 1966, elles seront désignées A9j. Après 1978, suite à l’arrivée des voitures Corail, elles seront toutes déclassées et deviendront des B9j.

A9smyfi puis A9tj : 23 exemplaires (4 DEV 56, 10 DEV 63 & 9 DEV 64) N° 51 87 19-87 001 à 004 & 084 à 102

Ces voitures étaient aménagées avec 56 places disposées en 2+1 face à face, de part et d'autre d'un couloir central, et circulaient accolées aux voitures restaurant de la CIWL, comme salle supplémentaire avec service à la place, ce qui était à l’époque une nouveauté. Après 1966, les quatre premières A9smyfi devinrent des A9tj (leur équipement de restauration à la place ne figurait pas dans leur immatriculation) et sont rejointes par 19 nouvelles voitures, équipées de bogies Y 24 et de bourrelets en caoutchouc d’intercirculation. La tranche DEV 63 a été affectée à la région Est, celles de 1964 au Nord ; en 1985, ces voitures sont déclassées en B10½tj.

A noter qu'au moins une partie des voitures de la région Nord étaient utilisées sur les relations TEE Paris - Lille - Tourcoing et avaient reçu un bandeau rouge au dessus des baies.

A9tuj : 28 unités (8 DEV 69, 20 DEV 70) N° 51 87 19-70 111 à 139

Ce sont les dernières voitures DEV inox commandées, elles forment le programme DEV 69 et 70, en étant en tout 28 voitures. Elles reprennent le principe des A9smyfi 56 et A9tj 63 et 64, en servant de salle de restauration annexe aux nouvelles voitures restaurant Vru 62, 63 et 65. Elles sont climatisées, mais ce système ne fonctionne seulement que s’il est alimenté par le groupe électrogène de la voiture restaurant. Elles conservent donc les baies ouvrantes des autres tranches (elles peuvent être verrouillées). Elles ont équipées de bogies Y 26P à suspension pneumatique. En 1985 et 1986,  elles sont déclassées en B10½tj et la climatisation est supprimée, sauf pour deux qui deviennent des voitures d'exposition Suj.

A7Dtj : 4 unités (DEV 63) N° 51 87 81-87 511 à 514

Ces voitures ont été construites à seulement 4 exemplaires, et sont les seules DEV à posséder un fourgon. Elles ont de plus la particularité d’avoir la partie voyageurs aménagée en une salle avec un couloir central comportant 42 places. Lors de leur mise en service, elles ont affectées à la région Est. En 1981, elles deviennent des BDtj et elles servent sur les trains régionaux autour de Nantes.

A6rtj (cuisine) : 12 exemplaires (4 DEV 56, 4 DEV 63, 4 DEV 64) N° 51 87 84-87 301 à 312

Ces voitures de la tranche DEV 1956 ont été construites à quatre exemplaires seulement, afin d’amorcer le remplacement des anciennes voitures de la CIWL intégrées dans des rames DEV inox. Elles diffèrent des A5smyfi par le remplacement de la partie bar par une cuisine, avec six places assises supplémentaires ; la cabine téléphonique est maintenue. Après 1965, ces voitures deviennent des A6rtj, puis elles subiront le même sort que les A5rtj (A5smyfi) : elles deviendront des Btj vers 1985.

A5smyfi puis A5rtj (bar) : 11 exemplaires (4 DEV 56, 7 DEV 64) N° 51 87 84-87 011 à 014 & 029 à 035

Apparues à partir de 1957, ces voitures bar reprennent pour moitié l’aménagement à couloir central des A9smyfi (d'où une capacité de 30 places), avec à l’autre partie un comptoir et une cabine téléphonique, très remarquée à l’époque. Avec l’immatriculation UIC, les A5smyfi deviennent des A5rtj, tandis qu'arrivent 7 voitures de la tranche DEV 64, ayant d'origine une intercirculation par bourrelets et des bogies Y24.

A partir de 1978, les voitures de la tranche 64 deviennent des voitures Srj « Bar- Disco » (elles seront les dernières DEV circulant commercialement) ; les voitures de la tranche 56 ont été transformées en voitures de seconde classe à couloir central Btj au milieu des années 80.

A5rj (bar) : 2 unités (DEV 56) N° 51 87 84-87 016 & 017

Ces deux voitures bar avaient leur partie voyageurs aménagée avec cinq compartiments de six places de première classe. En 1977 et 1978, elles ont été transformées en B5Dj.

B10myfi puis B10j : 105 unités (38 DEV 55, 7 DEV 56, 20 DEV 57 & 40 DEV 59) N° 51 87 20-77 001 à 105

105 exemplaires de B10myfi, la plus grande série de DEV inox, ont été construits : 38 voitures ont été commandées en 1955, 7 en 1956, vingt en 1957 et quarante dans le programme DEV 59. Ces voitures comportent dix compartiments de huit places de seconde classe (soit 80 places en tout). Elles ont commencé leur carrière à partir de février 1958, et elles ont permis d’ouvrir à la seconde classe les trains les plus rapides alors composés de voitures DEV inox. Les B10myfi sont devenues des B10j avec l’apparition de l'immatriculation UIC en 1966. Toutes les autres voitures DEV inox longues deviendront, comme elles, des voitures de seconde classe à partir de 1978.

Lors de leur mise en service sur le réseau Nord (trains Paris - Lille - Roubaix - Tourcoing) en 1957 - 1958, trois rames furent formées avec la composition suivante : A9j + A9j + A5rtj + A6rtj + A9tj.

Transformations

Suite à l’arrivée des voitures Corail, plus confortables et toutes climatisées, les voitures DEV inox ont été retirées des trains grandes lignes, et ont été affectées aux trains régionaux en remplacement de séries anciennes provenant souvent des anciens réseaux (l'indice 50 au lieu de 51 indique la suppression de leur autorisation à rouler à l'étranger). Comme leurs aménagements (1ere classe, bar, restaurant…) ne convenaient plus à cette nouvelle tâche, il a été décidé de les y adapter, lors de leur passage en révision générale. La plupart d'entre elles a terminé leur carrière en 1997,seules les voitures "bar disco" ont eu un sursis jusqu'à 2003.

B10j  : 105 unitésN°50 87 20-77 001 à 065 & 958 à 997

Ces 105 voitures de seconde classe dès l’origine ont circulé en service grandes lignes jusqu’à la fin de 1992 sur les lignes du Sud Ouest (elles étaient encore incorporées dans le « Puerta del Sol »). En 1995, les 13 dernières ont été affectées à Nantes avec les B9j (ex A9j) pour composer les trains régionaux, elles ont été radiées en septembre 1997.

BDtj ex A7Dtj : 4 exemplaires N°50 87 82-77 503 à 506

Les quatre A7Dtj ont été transformées en BDtj en 1981 avec capacité de la salle portée à 53 places et ont dès lors été affectées à Nantes aux trains régionaux ; en août 1994, les 3 dernières ont été radiées, mais une d’elles a été conservée pour les trains spéciaux d'une association.

Srj ex A5rtj :7 unités N°51 87 89-70 503 à 509

Ces 7 voitures sont issues de la transformation des A5rtj 64 entre 1978 et 1980 en voitures pour trains spéciaux. La partie salle de première classe a été remplacée par une piste de danse et quatre banquettes ‘Bar corail’ ont été installées, ainsi que des spots lumineux et un système de sonorisation. Le toit et le bandeau des baies ont été peints en noir et la bande jaune de la 1ere classe est devenue orange. Ces voitures furent les dernières DEV inox en service : 4 étaient encore en service en 2000, et une était régulièrement présente en 2003, mais depuis cette date, les nouvelles rames "Croisière" comportent des voitures ‘Bar animation’ obtenues à partir de B5rtux VTU d'où leur radiation dans la foulée.

B10½tj ex A9t(u)j : 49 unités N°50 87 20-77 101 à 149

Ces 49 B10½tj proviennent des A9tj 56, 63, 64 et de 26 A9tuj DEV 69 et 70 (leur climatisation a été supprimée). Ces voitures, transformées en 1985 et 1986, ont terminé leur carrière en octobre 1996, toujours affectées aux convois grandes lignes. Les aménagements intérieurs avaient été totalement revus, avec désormais une capacité de 84 places.

Huit voitures ont été vendues en 1994 aux Chemins de Fer israéliens, qui leur ont installé la climatisation.

Suj ex A9tuj : 2 unitésN° 60 87 99-70 301 & 302

Associée à deux anciennes voitures restaurant "rouges", ces deux voitures climatisées ont été utilisées comme salle d'exposition à partir du milieu des années 80.

B9j ex A9j : 79 unités N°50 87 29-77 001 à 019 et 021 à 080

Les 79 A9j DEV 56, 57 et 58 sont devenues entre 1976 et 1981, des B9j. Elles sont déclassées en seconde classe, leurs compartiments sont équipés de huit sièges, et leur capacité totale passe à 72 places. Elles seront surtout utilisées en service Grandes lignes autours de Nantes jusqu’en 1991-92 ; après 1993-94, elle seront uniquement utilisées sur les trains régionaux ; en 1995 seules 7 restaient en service. Les dernières voitures seront radiées à Nantes en septembre 1997 avec les ultimes B10j.

B5Dj ex A5rj : 2 exemplaires N°50 87 82-77 907 & 908

Les deux voitures bar à compartiment A5rj ont été radicalement transformées : les cinq compartiments sont réaménagés avec 8 places de seconde classe (soit 40 en tout), et l'espace bar est remplacé par un fourgon à bagage ; de chaque coté, une baie est remplacée par un rideau métallique permettant le chargement des bagages.

Btj ex A5rtj et A6rtj : 16 unités N°UIC 50 87 28-77 001 à 004 & 020 à 031

Ces 16 voitures ont été obtenues entre 1978 et 1980 à partir des 4 A5rtj DEV 56 (ex A5smyfi) et de toutes les A6rtj. Elles ont été réaménagées en voitures de seconde classe à couloir central comportant 70 places. Après 1991, elles sont affectées aux trains régionaux, et à l’hiver 1994, les sept Btj restantes sont radiées. Six ont cependant été conservées pour faire partie des trains spéciaux.

De nos jours, il existe encore des voitures DEV inox visibles sur le réseau français, transformées en voitures de service ou conservées par des associations. Sur cette page, on peut voir une A9j transformée pour la société STSI (convois exceptionnels).

Quelques voitures ont été vendues à l'étranger : Israël (8 B10½tj) et Gabon (8 B10j).

Tranches & bogies

Tranche DEV 55 (38 exemplaires)

Tranche DEV 56 (40 unités)

Bogies type Y20H aptes à 150 km/h.

Tranche DEV 57 (40 voitures)

Bogies type Y20Hd aptes à 150 km/h.

Tranche DEV 58 (40 exemplaires)

Tranche DEV 59 (40 exemplaires)

Tranche DEV 63 (18 exemplaires)

A partir de cette tranche, les voitures ont dès leur construction des bourrelets d'intercirculation en caoutchouc type UIC, et non des soufflets. Bogies type Y24z, restant limités à 150 km/h.

Tranche DEV 64 (20 exemplaires)

Bogies type Y24z.

Tranche DEV 69 (8 unités)

Ces voitures ont des bogies type Y26P, à suspension pneumatique, permettant de rouler à 160 km/h, et une climatisation utilisable en cas de présence d'une voiture restaurant DEV 66.

Tranche DEV 70 (20 exemplaires)

Entre 1966 et 1970, la vitesse limite de toutes les voitures DEV inox fut portée à 160 km/h ; dans le cas des types longs, vu que les bogies sont des types Y20H, Y20Hd et Y24z, il y a eu seulement à modifier le système de freinage. Par la suite, les bogies des types Y20 ont souvent été remplacés par des Y24z.