Le Rail dans le Gard... ...Et dans le sud du réseau P.L.M.
Au delà du Gard... - Ligne de la Côte Bleue

Ligne de la Côte Bleue : matériel actuel

Depuis décembre 2016 (entrée en vigueur du service horaire 2017), les Trains Express Régionaux assurant la desserte de la ligne de la Côte Bleue sont normalement tous assurés en automoteurs des séries suivantes :

Plus rarement, des X 76500 (XGC, normalement dédiés à la ligne Nice - Breil) peuvent aussi circuler. Enfin, les rames composées d'un coupon de voitures RRR tractées (ou poussées) par une locomotive Diesel BB 67400, ayant perdu un roulement régulier, peuvent exceptionnellement continuer à arpenter la ligne, où elles étaient omniprésentes depuis la fin des années 80.

Ligne de la Côte Bleue : historique du matériel

Locomotives à vapeur

Les 141 R roulèrent avec des omnibus ou les train d'ordures reliant Marseille à la décharge d'Entressen jusqu'au printemps 1971. Elles étaient affectées au dépôt de Marseille Blancarde, qui perdit ses derniers engins à vapeur le 22 septembre 1966, et à Miramas, dépôt où la vapeur fut éteinte en avril 1971.

La 241 P 17 a plusieurs fois fréquenté la ligne en tête de trains spéciaux, alors qu'elle n'y roulait pas lors de sa carrière commerciale : ce fut le cas en 2007, et en 2015 lors des festivités du centenaire de la ligne.

Locomotives Diesel

Bien que la Compagnie du PLM ait commencé à expérimenter la traction Diesel dès le début des années 30, il fallut attendre la fin des années 40 et l'arrivée des 040 DA (futures A1A-A1A 62000) de construction américaine pour que les premières locomotives Diesel apparaissent surtout dans le complexe ferroviaire marseillais. Leur présence sur la ligne de la Côte Bleue restera anecdotique et il fallut attendre les années 60 pour que la traction à vapeur commence à être remplacée.

Les BB 67400 ont été depuis une trentaine d'années la série de loin la plus présente, ayant assuré simultanément des trains de marchandises, des rames tractées de voitures voyageurs diverses pour des relations tant express (train de nuit pour Paris) que régionales. A partir de 1982, elles ont été engagées en réversibilité avec les rames RIO achetées par la région PACA, complétées en 1988 par les RRR. Ces "rames inox" sont encore bien visibles sur la Côte Bleue en 2015 (principalement des RRR seules, les unités multiples ou les RIO étant beaucoup plus rares) mais devraient disparaître fin 2016, la livraison des B 84500 étant achevée (en pratique, elles continuèrent à rouler sur la ligne en janvier 2017).

Enfin, les BB 67400 ont été utilisée avec des voitures Corail pour la dernière fois en 2012, lorsque le Cévenol Clermont - Marseille fut tracé par la Côte Bleue (l'itinéraire ordinaire via Rognac n'avait pas de sillon disponible). Ces rames comportaient trois voitures et exceptionnellement quatre voire cinq.

Pour rappel, le train de bauxite Fos - Gardanne est un des plus lourds de France, avec une composition généralement à 3600 t. Lorsqu'il était assuré par la SNCF, il était remorqué par deux UM de BB 67000 (une à chaque extrémité du convoi pour des raisons de résistance des attelages et éviter des manœuvres en gare de Miramas et de Rognac), remplacées au milieu des années 2000 par des BB 67400.
Ce train est maintenant remorqué par Euro Cargo Rail, qui y utilise plusieurs locomotives Class 77 (au moins une à chaque extrémité)

Locomotives électriques (section Miramas - Lavalduc)

Cette section a été électrifiée en 1983 en 1500 V continu, ce qui permettait la réutilisation de séries anciennes déjà utilisées entre Paris, Lyon et Miramas ou vers Toulouse, uniquement pour les trains de Fret. Elle permit d'éviter les relais traction à Miramas, dont toutes les lignes adjacentes étaient déjà équipées de caténaires, et les séries suivantes purent fréquenter le complexe de Fos sur Mer :

A noter le 22 mai 1987 la circulation d'un train spécial Vi de Bigorre - Istres, tracté par la CC 7144 : il s'agit probablement de la seule fois où une rame voyageurs tractée par une locomotive électrique a été engagée sur la ligne.

Autorails

A noter que la prolongation des TGV Paris - Miramas (descendant de la LGV à Valence et desservant la vallée du Rhône) jusqu'à Istres a été semble-t-il envisagée mais poserait des problèmes quant au garage du matériel.

Circulations Diesel avec une machine électrique

Lors de détournements de trains tracés normalement via Rognac en traction électrique, la locomotive d'origine est simplement mise en véhicule afin de limiter au maximum les manœuvres. Ce type de circulation est hélas de plus en plus rare et ne semble avoir lieu que lors de travaux programmés longtemps à l'avance, certains trains étant supprimés. Ces dernières années, les rames tractées étaient remorquées par des BB 67400, et les frets par des 67400 ou 75000 en US ou UM.

A noter que la rame RRR 264 est blasonnée "Côte Bleue".


Haut de la page
Dernière mise à jour du site : 14 juillet 2018
Retour