Trains d'Europe Allemagne Autriche Belgique Danemark Espagne France Grèce Hongrie Italie Luxembourg Norvège Pays Bas Pologne Roumanie Royaume Uni Russie Suisse

Z 6300 SNCFFrance - Automoteurs

La série en chiffres :
Alimentation :
25000 V 50 Hz

Configuration :
motrice ZBD 6300
remorque ZRAB 26300
remorque pilote ZRBx 16300

Puissance :
615 kW

Poids :
105,2 t.

Longueur :
60,30 m.

Chaîne de traction :
transformateur, redresseurs, deux moteurs de traction à courant continu

Vitesse maximale :
120 km/h

Equipements spéciaux :
UM jusqu'à 4 éléments, fourgon

Places de première classe :
24 (ZR 26300), déclassées en 1999

Places de seconde classe :
143 places : 39 (Z BD 6300) + 38 (ZR AB 26300) + 66 (ZR Bx 16300)

Date de construction :
1967 à 1970

Date de retrait :
2003 à 2008

Nombre d'exemplaires :
35 rames

Numéros :
Z BD 6301 à 35 + ZR AB 26301 à 35 + ZR Bx 16301 à 35

Déjà en partie électrifié avec un troisième rail 750 V par le réseau de l'Etat durant les années 20, le réseau de banlieue de l'Ouest parisien (St Lazare) a été complété au milieu des années 60 par des lignes électrifiées en 25000 V 50 Hz dans le cadre de l'équipement de l'axe Paris - Le Havre.

Alors que des automotrices pour le courant monophasé existent déjà (ce sont les Z 6000 et 6100) sur le réseau Nord, leur utilisation n'est pas possible : les quais de la gare St Lazare sont en courbe et trop courts. C'est ainsi qu'apparaissent entre 1967 et 1970 35 automotrices de la série Z 6300, reprenant le même équipement électrique que les Z 6100 première série (à graduateur et redresseurs) mais avec de caisses plus courtes, donc différentes des remorques RIB (deux travées par salle au lieu de trois).

Ces rames ont assuré leur mission sans faillir, même si elles étaient sujettes aux patinages (elles n'avaient qu'un seul bogie moteur) et si leur capacité était assez limitée. Dès le milieu des années 80, l'arrivée de matériels plus récents et capacitaires reprenant une partie de leurs attributions (automotrices Z 8400 MI 84 sur la branche Poissy du RER A) entraîne la mutation en province (Picardie et Lorraine) d'une vingtaine d'éléments destinés à y assurer des relations omnibus à la place de rames composées de BB 12000 ou 16500 et de voitures anciennes voire de remorques d'autorails.

En piteux état, les rames demeurées en région parisienne ont commencé à être remplacées à partir de 1997 par des Z 22500 mais n'ont été radiées qu'en 2003. En province, les rames restantes ont été concentrées sur la Lorraine et connurent un sursis jusqu'en 2008, avec l'arrivée de matériels de nouvelle génération (AGC, TER 2N NG) sans commune mesure au niveau des performances et du confort. A noter qu'une dizaine de rames a été vendue aux chemins de fer roumains (CFR), qui les a radicalement modernisés.